Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Substances dangereuses


De nos jours, les frontières entre les différents pays européens sont devenues quasiment invisibles. Tout comme les citoyens européens, les phénomènes naturels ne se préoccupent pas des frontières. Ainsi, les incendies ne s’arrêtent pas devant les découpages politiques; le vent peut emporter tous genres de micro-organismes et de particules fines vers les pays voisins et les substances chimiques ou particules radioactives peuvent être diffusées imperceptiblement au-delà des frontières et nuire à la santé publique dans les autres pays. Les maladies infectieuses aussi peuvent se propager rapidement et devenir des épidémies internationales lorsque les risques qu’elles représentent ne sont pas reconnus et combattus dans les premiers stades. Les incidents avec ce genre de substances dangereuses peuvent avoir de lourdes conséquences.

Ce risque de propagation de substances dangereuses n’est pas inexistant dans l’Euregio Meuse-Rhin. D’une part, des transports de ce genre de substances ont lieu sur son territoire et d’autre part cette zone compte plusieurs sites où des substances dangereuses sont manipulées. En situation d’incident ces substances pourraient éventuellement s’échapper. Il est dès lors impératif de collaborer dans ce domaine et l’EMRIC y accorde une attention soutenue.    

En cas d’incident avec des substances dangereuses, il est impératif de prévenir la population dans les meilleurs délais et de prendre les mesures appropriées. A ce moment, la collaboration transfrontalière est évidemment essentielle. Au sein de la collaboration EMRIC il a donc été convenu qu’en cas d’incidents avec des substances dangereuses perceptibles dans les pays voisins, par exemple un gros nuage de fumée ou une odeur particulière, les centrales d’alerte s’informent mutuellement. En outre, des dispositions ont été prises permettant de solliciter des renforts auprès des pays voisins, afin de garantir aux citoyens les meilleurs soins dans les plus brefs délais.

Pour monitorer les concentrations des substances dangereuses, des protocoles ont été élaborés en matière d’utilisation commune de matériel, comme les instruments de mesure modernes.

 

            

share