Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation


08/07/2021| Président de la région de sécurité du Limbourg du Sud invité à l'émission "Nieuwsuur"

 

Mme Annemarie Penn-te Strake était l'invitée de l'émission néerlandaise « Nieuwsuur » du 4 juillet. Elle a été interrogée sur les relations entre La Haye et Maastricht depuis le début de la crise de Corona l'année dernière. L'importance d'harmoniser les mesures dans les trois pays a été discutée. Mme Annemarie Penn-te Straks a mentionné la liste des mesures compilées par EMRIC et ITEM dans le cadre du projet PANDEMRIC. L'interview complète peut être consultée ici.

 

 

Source: NOS

  
share
   
 

28/06/2021| Maak Nederland groter, versterk de grensregio

Door Annemarie Penn-te Strake, burgemeester van Maastricht

Zoals de horizon niet de grens van de wereld is, is de grens niet de horizon van ons land. We moeten en kunnen verder kijken dan Sluis, Vaals en Oldenzaal. De nationale belangen liggen namelijk voor een groot deel in een open Europa. Maar om daar te komen moet je via de grensregio’s. Dus hoogste tijd om in landsbelang de rol van deze regio’s als bruggenhoofd te versterken. Als Den Haag dat nog ondergeschikt zou vinden, dan heeft de coronapandemie onmiskenbaar aangetoond dat een grensregiobeleid cruciaal is.

Europa maakt zich op voor de 30e verjaardag van de Unie, eind 1991 beklonken in Maastricht. Er valt echter weinig te vieren. De publieke en politieke steun voor de EU brokkelt al jaren af, gekibbel tekent de sfeer in Brussel. De oorzaak kwam, als er nog iemand over twijfelde, pijnlijk aan het licht toen de coronapandemie uitbrak: neo-nationalisme. Elk land voerde zijn eigen maatregelen in zonder ook maar op enigerlei wijze rekening te houden met de buurlanden. Dieptepunt is de grensblokkade, inclusief betonblokken, tussen Nederland en België voorjaar 2020 met schrijnende sociaal-maatschappelijke gevolgen.
Terwijl de nationale regeringen elkaar betwisten, zien we langs de grens met Duitsland en België echter ook een ander Europa. Dat van een effectieve, pragmatische samenwerking tussen buurgemeenten en –regio’s aan weerszijden van de grens. In de vier miljoen inwoners tellende Euregio Maas-Rijn – het gebied in een straal van 30 kilometer rondom Maastricht – heeft dat tijdens de coronacrisis geleid tot de versterking van een uniek samenwerkingsverband.

Al ongeveer 20 jaar werken de diensten die in de Euregio Maas-Rijn (EMR) verantwoordelijk zijn voor incidenten- en crisismanagement (ic) effectief samen. Dankzij de projectorganisatie Emric lukte het om op maat gemaakte bi- en trinationale overeenkomsten te sluiten. Ambulances, politie- en brandweerauto’s rijden zonder enig probleem met gillende sirenes de grens over als dat nodig is, ziekenhuizen wisselen mensen, middelen en kennis met elkaar uit. Zo logisch als dat klinkt is dat trouwens niet in het huidige Europa. Deze euregio is er tamelijk uniek in.
In de eerste weken van de grootste crisis sinds de Tweede Wereldoorlog kwam echter de ontnuchtering: de nationale hoofdsteden gingen er zich mee bemoeien. Ze legden onze grensregio die inmiddels een flinke ervaring had op het gebied van euregionaal crisismanagement tal van beperkingen op. Van de ene dag op de andere was het afgelopen dat ambulances zomaar de grens overstaken. Het is werkelijk gebeurd dat een coronazieke inwoner van Vaals, die vanuit zijn keukenraam het academisch ziekenhuis van Aken ziet liggen, per helikopter naar Rotterdam werd gebracht omdat zijn ‘thuisziekenhuis’ in Heerlen vol was. Toen Rotterdam ook vol bleek, ging de vlucht door naar Münster. Niet omdat er geen plaats was op de IC in het Klinikum van Aken twee kilometer verderop, maar omdat Den Haag en Berlijn nu eenmaal anders hadden besloten.

Om in de pandemie toch tot afspraken te komen, werd Emric in de nazomer van 2020 opgeplust naar Pandemric. Het lukte in weerwil van de verdeeldheid binnen de EU om in dit kleine stukje Europa wel tot een zekere afstemming te komen. Er is onder meer een euregionaal coronadashboard gekomen en een gezamenlijk maatregelenoverzicht, zodat de ene kant van de grens kan anticiperen op besluiten aan de andere kant. Ook hebben we het publiek met gerichte voorlichting geïnformeerd over wederzijdse maatregelen. Bovendien doen we onderzoek naar nieuwe mogelijkheden, zoals een nauwe samenwerking tussen de IC-afdelingen van de ziekenhuizen.
Zonder rigoureuze inmenging van de nationale regeringen hadden we ongetwijfeld nog meer en grotere successen kunnen boeken. Want samenwerken met het naaste buitenland zit de mensen in de grensregio’s in de genen. Hier is Europa werkelijkheid, in tegenstelling tot de hoofdsteden waar Europa theorie is. Het grensoverschrijdend verkeer van mensen, goederen en diensten is elke dag even druk. Gelukkig begint dat, mede door corona, op hoger niveau door te dringen. Het ministerie van VWS steunt het onderzoeksdoel, dat ook in de regio Twente uitgerold is, en de EU subsidieert Pandemric uit het Interreg-fonds.
De kennis opgedaan in de grensregio’s krijgt daarmee hopelijk nationale en internationale betekenis. Hoe kunnen we gesleep met patiënten voorkomen, hoe kunnen we de maatregelen op elkaar afstemmen, hoe kunnen we middelen en kennis met elkaar delen? Er is nog een wereld te winnen. Dat lukt niet door de grens dicht te spijkeren, maar door de wederzijdse afhankelijkheid van buurlanden te erkennen. Hadden we dat eerder gedaan dan waren we er wellicht ook op tijd achter gekomen dat vlak over de grens voldoende producenten van medische en persoonlijke beschermingsmiddelen aanwezig waren. Hadden we geen doldrieste spoedaankopen uit China nodig gehad.

Laat de coronacrisis daarom de wijze les zijn dat Nederland over de grenzen heen moet kijken. Een van de maatschappelijke opgaven waar ons land voor staat is namelijk de groeicapaciteit verruimen. Met de mogelijkheid om aan de andere kant van de grens te wonen, werken, ondernemen, studeren, recreëren zonder hinderlijke regels. Daar komt bij dat de grote uitdagingen van deze tijd als klimaatverandering, migratie, economie, criminaliteit en nu ook de pandemie zich helemaal niets van grenzen aantrekken. Pak deze dan ook grenzeloos aan.
In een gezamenlijke brief roepen de grensprovincies het nieuwe kabinet alvast op om de komende jaren bindende regiodeals te sluiten. Concreet betekent dat investeren in grensoverschrijdend openbaar vervoer, taalonderwijs, een euregionale arbeidsmarkt, een gezamenlijke economische agenda, een energie-infrastructuur annex duurzaamheid, samenwerking op het gebied van gezondheidszorg en veiligheid en vooral niet te vergeten afbraak van regeldruk. Want met sterke grensregio’s maken we Nederland groter.

 

 

  
share
   
 

20/05/2021| 100ème édition de l'aperçu des mesures

 

Depuis le début de la coronapandémie en mars 2020, lorsqu'il est rapidement apparu que la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne ne prenaient pas toujours les mêmes mesures, EMRIC a travaillé sur un aperçu comparatif des mesures. Ce document est mis à jour chaque fois sur la base des nouveaux développements et est publié sur https://pandemric.info/nl/maatregelenoverzicht-nl/. Au cours de l'année écoulée, les développements successifs dans le domaine des mesures relatives aux coronavirus dans les trois pays ont été si nombreux que nous avons pu produire aujourd'hui la 100e édition !
 
 
  
share
   
 

22/04/2021| Bilan annuel 2020

 

  
share
   
 

23/03/2021| Article WELT zur grenzüberschreitenden Zusammenarbeit

 

Le directeur de programme d’EMRIC et le chef de projet de PANDEMRIC, membre du crisis staff Sud-Limbourg et liaison avec les partenaires belges, allemands et néerlandais, Marian Ramakers ainsi que Bernd Geßmann, membre du crisis staff Städteregion Aachen et liaison avec les partenaires belges et néerlandaisa été interviewé pour un article de die Welt. L’article parle du maintien de la frontière ouverte et de son importance pour la région frontalière.

Marian Ramakers déclare dans l’article que la 85ème version de l’aperçu des mesures a été entre-temps publiée. Dans ce document, les changements par rapport à la version précédente de l’aperçu des mesures peuvent être visualisés d’un coup d’œil en les mettant en évidence en rouge. De plus, Marian Ramakers nous a dit que la corona a mis la frontière à rude épreuve. Bernd Geßmann, avec qui Marian Ramakers échange régulièrement des informations, affirme que la fermeture de la frontière ne servira à rien ; “une barrière n’arrête pas le virus”. Pour en savoir plus, lisez l’article du Welt

 

Source photo:  Kristian Frigelj 

  
share
   
 

19/01/2021| La coopération eurégionale comme exemple au sein de l'Europe

 

Hier, Stephan Holthoff-Pförtner, ministre des affaires européennes de Rhénanie du Nord-Westphalie, était l'invité de l'émission AvondGasten Europa sur la chaîne néerlandaise L1. Il a mentionné le groupe de travail eurégional qui, depuis le début de la pandémie, est en contact étroit les uns avec les autres au sujet, entre autres, de la coordination des mesures, comme un bon exemple de coopération au sein de l'Europe.

https://www.1limburg.nl/minister-euregio-maas-rijn-voorbeeld-voor-europa?context=section-1143

  
share
   
 

04/11/2020| Article dans le journal "Het Belang van Limburg" sur le projet PANDEMRIC

 

Un article sur la coopération eurégionale en cas de crise sanitaire est paru dans les médias aujourd'hui https://www.hbvl.be/cnt/dmf20201103_98252671

  
share
   
 

15/07/2020| Le programme Interreg Euregio Meuse-Rhin (EMR) investit 4,55 millions € de moyens FEDER pour faire face aux conséquences de la crise COVID-19.

Communiqué de presse 10/07/2020

Interreg A, le programme transfrontalier de subvention de l'Union européenne, est mis en œuvre dans l'Euregio Meuse-Rhin par une coopération de 13 partenaires régionaux. Dans le contexte de la crise persistante liée au COVID-19, le programme Interreg Euregio Meuse-Rhin (EMR) a lancé un appel à projets spécifique. Cet appel était ouvert aux initiatives axées sur l'approche de la crise dans le cadre de la pandémie COVID-19 dans les secteurs de la santé, des services publics et de sécurité, de l'administration publique et des services sociaux. 5 projets ont été sélectionnés pour mieux armer la région frontalière contre la pandémie COVID-19.

4,55 millions € pour 5 projets COVID-19

« Au vu de la nécessité de soutien urgent, cet appel était ouvert pendant une période limitée, le programme mettait à disposition un taux de soutien élevé de 90 % de moyens FEDER (Fonds européen de développement régional) et il suffisait de soumettre un seul formulaire de demande simplifié.  Nous avons pu ainsi réagir rapidement aux suites de la crise COVID-19 », déclare David Grzegorzewski, président du Comité de Suivi Interreg EMR.

Parmi les demandes introduites, les 13 partenaires ont sélectionné 5 projets pour un montant total de 4,55 millions € FEDER.   Le développement de ces projets permettra à l'Euregio d'être mieux armée pour s'attaquer plus efficacement à l'échelle transfrontalière à la propagation d'une pandémie.

Centre eurégional pour les équipements de protection

Mark Vos, coordinateur Interreg EMR : « Les projets réaliseront notamment plusieurs études pour mieux assurer le suivi des conséquences de la pandémie pour les personnes vulnérables, mais aussi pour mieux évaluer les capacités en termes de lits de soins intensifs ou l'influence de l'approche nationale dans la région frontalière afin de déployer des mesures adaptées. En outre, un Centre eurégional pour l'acquisition d'équipements de protection sera créé avec des capacités de tests et il sera investi dans la collecte automatisée de données pour ajuster les traitements médicaux et adapter les stratégies. »

Les 5 projets COVID-19 suivants seront lancés:

  • wearIT4COVID : réalisation d'un système de surveillance portable en temps réel des patients COVID-19
  • CoDaP : élaboration de directives transfrontalières de traitement consensuelles, mise en place d'une plateforme de données COVID-19 pour anticiper une nouvelle vague, une étude visant à améliorer les directives cliniques et mise en place d'une infrastructure informatique efficace et sécurisée.
  • CORESIL : le développement d’une offre cohérente pour renforcer l'autonomie des personnes vulnérables et leur rétablissement naturel.
  • euPrevent COVID : comprendre l'impact de COVID-19 sur l'Euregio en étudiant la prévalence des anticorps chez les individus de la région.
  • Pandemric : renforcer la coopération au sein de l'Euregio pour faire face à des crises majeures telles que la COVID-19, y compris l'échange d'informations, la coopération entre les services de soins intensifs et l'examen des aspects juridiques du transport transfrontalier en ambulance. En outre, un système d'alerte précoce et un centre d'achat collectif d'équipements de protection sont également en cours de développement.

 

Commission européenne

« Au nom de la Commission européenne, je souhaite féliciter le programme Interreg Euregio Meuse-Rhin (EMR) pour avoir organisé un appel à projets spécifique au COVID afin de promouvoir la capacité de réaction à la crise au profit des Européens qui vivent le long des frontières belges, allemandes et néerlandaises. La sélection de 5 projets fructueux au sein du Comité de Suivi du 3 juillet 2020 est un bel exemple de la manière dont nos programmes peuvent répondre rapidement et concrètement à la crise en mettant sur pied des actions axées sur les hommes afin de renforcer la coopération au-delà des frontières et de simplifier les problèmes auxquels sont confrontés nos citoyens, » déclare Marc Lemaître, directeur-général, DG Politique régionale et urbaine, Commission européenne.

96 millions € de moyens européens pour stimuler la coopération transfrontalière

Interreg EMR dépasse les frontières en rendant possible la coopération entre les régions de différents pays. Nous investissons dans des projets en rapport avec l’innovation, l'économie, l'inclusion sociale ainsi que la formation et la cohésion territoriale. En stimulant la coopération transfrontalière, nous renforçons le tissu socio-économique dans la région frontalière située entre la Belgique, l'Allemagne et les Pays-Bas.

Informations sur les 5 projets

 

 

Note pour la rédaction :

Pour plus d'informations sur ce communiqué de presse, veuillez contacter Mark Vos (coordinateur) du bureau d'Interreg V-A Euregio Meuse-Rhin, Limburglaan 10, NL-6229 GA Maastricht, mrp.vos@prvlimburg.nl. Joignable par téléphone au +31 646 624 792.

  
share
   
 

06/07/2020| Bilan annuel 2019

 

  
share
   
 

16/06/2020| "In der Krise Köpfe kennen"

 

 

Lorsque nous parlons de crise, la situation actuelle du virus corona et de la maladie Covid-19 résultant de son infection ne peut être durablement surmontée que par une action conjointe et transfrontalière ciblée.
Dans le meilleur des cas, la planification d'urgence et la mise en œuvre opérationnelle devraient s'appuyer l'une sur l'autre. Parmi les nombreuses raisons de coopération et de préparation à la coopération au sein du réseau EMRIC, figurent les préparatifs pour faire face à la propagation des maladies infectieuses.
La propagation rapide de la "crise corona", qui s'est transformée en pandémie, fournit de nombreuses raisons pour des échanges réguliers et un soutien mutuel avec les partenaires de l'EMRIC.
Et chacun des nombreux échanges dans cette situation particulière est basé sur la confiance mutuelle, combinée au respect des décisions prises et mises en œuvre dans l'autre région pour faire face à cette situation difficile. Un échange constant consiste, entre autres, à fournir des informations sur les capacités des hôpitaux locaux, notamment en ce qui concerne les compétences médicales spéciales respectives. Il est également très important d'échanger des informations sur la situation aux frontières nationales, car cela est d'une grande importance non seulement pour les navetteurs de tous les secteurs, mais aussi pour un éventuel déploiement commun.
Dans ce contexte, il a également été possible de déterminer très tôt quelles informations pouvaient être communiquées dans les différents pays pour les personnes entrant dans le pays, par exemple au moyen d'une signalisation appropriée. En outre, le réseau EMRIC permet de recevoir les communiqués et articles de presse des pays voisins via les centres de crise afin de pouvoir les transmettre aux médias locaux, et inversement communiquer de manière ciblée vers la presse voisine.
Grâce à cette étroite coordination et à l'échange constant d'informations, nous sommes en mesure de tenir compte des préoccupations de nos voisins et partenaires dans nos propres décisions. Dans cette situation de crise, qui se caractérise par un haut degré de dynamisme et une prise de décision rapide, il est extrêmement précieux que nous connaissions personnellement les acteurs depuis de nombreuses années et que nous ayons acquis une profonde confiance dans nos relations avec eux.
La "situation corona" prouve une fois de plus combien il est utile de "connaître les têtes" en periode de crise et de savoir comment atteindre ces "têtes". EMRIC prouve une fois de plus l'importance élémentaire de vivre l'idée européenne dans le voisinage immédiat !

Texte: Herr. B. Gessmann, Stellvertretender Leiter der Feuerwehr Aachen (EMRIC-Partner)

Photo: Le texte de ces panneaux, qui se trouvaient le long de toute la frontière germano-néerlandaise, est une coproduction de la liaison EMRIC et de la Feuerwehr Stadt Aachen.

 

  
share