Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation


29/11/2018| La majorité des régions frontalières du Benelux éteignent les incendies ensemble et s’empressent de se prêter mutuellement secours en cas de crise

 

Maastricht, 27-11-2018 | Une étude réalisée sous l’égide d’EMRIC (Euregio Maas en Rijn Intervention en cas de Crise) et soutenue par le Benelux montre que la plupart des régions frontalières du Benelux, de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de la France collaborent au quotidien dans le domaine de la lutte contre les incendies, mais également dans la gestion de crises / lutte contre les catastrophes. C'est la première fois qu'un aperçu est présenté sur la manière dont la coopération fonctionne le long de la frontière en matière de la lutte contre les incendies et les catastrophes et sur les obstacles qui entravent cette coopération. Les résultats ont été officiellement  présentés lors du symposium Benelux organisé à Maastricht sur le thème ‘Sécurité sans frontières’, organisé pendant la semaine Benelux de la sécurité.

Thomas Antoine, Secrétaire général du Benelux : « L’objectif de la coopération Benelux dans le domaine de la gestion des crises est d’améliorer la sécurité et le bien-être du citoyen. La gestion des crises et des situations d’urgence requiert une réaction rapide des autorités responsables et une action coordonnée entre les différents services concernés, également au-delà des frontières. Il est donc évident que les pays du Benelux doivent étroitement coopérer dans ce domaine, en stimulant le processus d’entraide dans des situations de crise urgentes et en facilitant des collaborations ciblées sur les secteurs opérationnels d’intervention ».

Marian Ramakers-van Kuijk, Présidente du groupe de travail Benelux ‘Services de secours’, directrice EMRIC : « Les catastrophes ne s’arrêtent ni aux frontières, ni aux régions frontalières, tout comme dans la zone d’intervention d’EMRIC, l’aide de professionnels étrangers arrive souvent plus rapidement sur les lieux que le propre service.  Par conséquent, une assistance transfrontalière est littéralement vitale et mérite l’attention des autorités responsables et des services d’urgence dans les zones frontalières ».

La majorité des régions frontalières travaillent ensemble

Plus de la moitié des régions frontalières (56%) coopèrent avec leurs voisins dans le domaine de la lutte contre les incendies, avec un peu plus de régions (60%) qui agissent de la sorte dans les domaines de la gestion de crises et des catastrophes. Dans les régions frontalières entre les Pays-Bas et la Belgique et entre la Belgique et la France, l'extinction des incendies semble être une réalité quotidienne. La coopération en cas de crise est très fortement développée le long des frontières entre les Pays-Bas - Belgique, la Belgique-France et la Belgique-Allemagne.

L’étude montre que la raison de non-coopération est souvent (33%) liée au fait qu’il n’y a tout simplement pas de besoin à cause de la situation géographique ou de la disponibilité de ressources suffisantes dans la région. Dans d’autres cas, divers obstacles sont présentés comme des obstacles à la coopération transfrontalière dans la lutte contre les incendies et la gestion des crises ou la lutte contre les catastrophes.

Les obstacles

 Les trois principaux obstacles qui se dégagent de l’étude concernent des problèmes de radiocommunication, le manque de connaissances et le manque de structure.

Ainsi des obstacles techniques (radiocommunication) sont rencontrés pour permettre aux services d'urgence de communiquer entre eux au-delà des frontières. Il existe également un manque de connaissances sur la manière dont les voisins sont organisés et « comment l’autre fonctionne». Dans certaines régions, il y a un manque de structure car il n'y a pas de consultation régulière avec les voisins ni de plans mis en place pour organiser une coopération transfrontalière.

Points d'action

L'étude énumère quelques recommandations qui devraient conduire à une coopération plus durable.

En plus de conclure des accords opérationnels, il convient de mettre l’accent sur des programmes de formation pour le personnel de secours afin qu'il puisse fournir une assistance avec une meilleure connaissance de la situation au-delà de la frontière.

L’organisation de plus d'exercices transfrontaliers est également essentielle selon l’étude. En outre, en échangeant des connaissances, des expériences et des bonnes pratiques sur base de consultations périodiques entre les régions, l’efficacité de la coopération peut être améliorée et des économies peuvent également être réalisées. L'étude considère que l'Union Benelux a un rôle important à jouer en tant que partenariat transfrontalier et plate-forme existante pour se mettre autour d’une table et échanger des informations.

Accords des service incendies

Pendant le colloque, les responsables ont signé trois accords de coopération en matière de lutte contre les incendies entre les municipalités de Rhénanie du Nord-Westphalie, des régions des Pays-Bas et de la Belgique.

 

 

   

  

  
share
   
 

13/11/2018|

 

Quelle: Aachener Zeitung & Aachener Nachrichten

  
share
   
 

10/11/2018| Un exercice transfrontalier grandeur nature réussi : 450 membres des services d’intervention s’exercent en conditions réelles à la Westbahnhof d’Aix-la-Chapelle

 

Le vendredi 9 novembre, les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne ont organisé un exercice transfrontalier grandeur nature unique en son genre au sein de l’Euregio Meuse-Rhin. Les forces opérationnelles de l’Euregio Meuse-Rhin collaborent depuis plus de 40 ans afin de sauver des vies et de maîtriser divers risques et dangers. Elles le font depuis 2005 sous l’égide de l’EMRIC (Euregio Maas-Rijn Incidentbestrijding en Crisisbeheersing – Euregio Maas-Rhein Einsatz- und Krisenbewältigung – Euregio Meuse-Rhin Intervention en cas de Crise). Le scénario de cet exercice extrêmement complexe a été préparé pendant toute une année et s’est déroulé sur le site de la Westbahnhof d’Aix-la-Chapelle, après avoir été soigneusement préparé par de nombreux protagonistes et diverses autorités. Des efforts qui ont manifestement payé !


Il s’agit en l’occurrence d’une situation que personne ne souhaite connaître un jour : lors d’une manoeuvre, un train de marchandises heurte un train de voyageurs. L’accident fait de nombreux blessés. Un produit dangereux inconnu s’échappe de l’un des wagons-citernes. Si un tel message arrive un jour au poste de contrôle de la Städteregion Aachen, l’alerte maximale sera aussitôt déclenchée. C’est ce qui s’est passé ce vendredi-là – mais uniquement dans le cadre d’un exercice de simulation.
Déclaration d’EMRIC


Cet exercice était une opportunité excellente afin d’exercer la coopération transfrontalière qui existe depuis de nombreuses années dans le cadre d’un exercice grandeur nature. Les entretiens réguliers de coopération afin de s’aider mutuellement de manière transfrontalière sont exercées et les résultats de celles-ci seront évalués afin d’être encore mieux préparé dans l’avenir au cas où un grand accident aura lieu.


450 membres des forces opérationnelles sont intervenus ensemble à la Westbahnhof d’Aix-la-Chapelle. L’exercice de simulation portait sur une collision très réaliste entre deux trains – un événement heureusement fort improbable sur le rail qui constitue un moyen de transport particulièrement sûr mais que l’on ne peut évidemment pas exclure à 100%. La simulation d’alerte est arrivée au poste de contrôle de la Région d’Aix-la-Chapelle à 16h. Les experts ont aussitôt enclenché la chaîne de transmission des alertes. Sous le commandement du service incendie de la Ville d’Aix-la-Chapelle, sur le territoire de laquelle se déroulait cet exercice transfrontalier, les experts en secourisme et en prévention des risques ont démontré de manière impressionnante comment la coopération transfrontalière devait fonctionner en cas d’urgence.
La Ville d’Aix-la-Chapelle tire un bilan positif de l’exercice.


Après de nombreux autres représentants des plus hautes autorités, le Dr. Markus Kremer, conseiller communal chargé du service incendie de la ville d’Aix-la-Chapelle, s’est également rendu sur place pour se faire une idée de la situation. Dès le vendredi soir, après l’exercice, il a tiré un bilan particulièrement positif : « L’exercice organisé aujourd’hui à Aix-la-Chapelle a démontré le caractère extrêmement professionnel de cette collaboration transfrontalière entre nos forces opérationnelles. Sous l’égide de l’EMRIC, de nombreuses instances provenant d’Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas sont intervenues en toute confiance et en affichant un esprit de collaboration unique en son genre », a déclaré le Dr. Kremer qui a ensuite poursuivi : « Nous pouvons vraiment être fiers de cette coopération qui a grandi au fil des ans au sein de l’Euregio Meuse-Rhin. Un exercice d’une telle ampleur.


démontre clairement que nous sommes armés pour faire face à de telles crises majeures. En situation d’urgence, des personnes, des experts en secourisme et des autorités publiques sont prêtes à collaborer et ce, par-delà les frontalières nationales et linguistiques ».


De nombreux services de pompiers et de secours des pays-partenaires, les services de police fédéraux et régionaux ainsi que d’autres instances se sont directement impliquées. La Deutsche Bahn avait aimablement mis à disposition, dans la gare de Westbahnhof, toute une portion de voies ferrées ainsi que des installations annexes, y compris des trains, pour que les équipes de secours puissent organiser une simulation aussi réaliste que possible.


Le service incendie de la Ville d’Aix-la-Chapelle avait notamment délégué plusieurs sections de pompiers professionnels et de pompiers volontaires. Les pompiers néerlandais avaient pour leur part délégué une unité de décontamination ainsi que cinq autres sections de pompiers. Les collègues belges ont quant à eux soutenu les équipes de prélèvement et de mesure. De nombreux experts et diverses unités de la Région d’Aix-la-Chapelle et du District de Heinsberg étaient également sur place.


Lors de tels accidents ferroviaires, la police fédérale gère les enquêtes policières, avec l’appui de l’office fédéral chargé des enquêtes liées aux accidents ferroviaires (BEU) qui émet éventuellement des recommandations aux exploitants de compagnies ferroviaires à la fin de l’enquête concernée, l’objectif étant d’éviter de tels accidents. Dans de tels cas, des enquêteurs spécialement formés à cet effet au sein de la police fédérale envisagent aussi d’éventuelles causes pouvant faire l’objet de poursuites pénales.
En collaboration avec l’armée allemande, l’agence de secours technique (THW) a également participé à cet exercice en mettant des équipements techniques à disposition.


Des exercices de simulation d’une telle envergure sont organisés tous les deux ans sous l’égide de l’EMRIC.

 

   

   

   

Foto's: Andreas Cichowski

  
share
   
 

16/10/2018| Spezial-Rettungsgruppe der Feuerwehr Aachen

 

Die Feuerwehr Aachen unterhält seit über 20 Jahren die Spezial-Rettungsgruppe (SRG), welche personell und materiell auf die Menschenrettung und technische Hilfeleistung aus Höhen und Tiefen spezialisiert ist. Diese besonderen Fähigkeiten werden nicht nur in der Stadt Aachen sondern regelmäßig darüber hinaus, somit auch im benachbarten Ausland, angefordert. Bei diesen oftmals Aufsehen erregenden Einsatzereignissen unterstützt die SRG die vor Ort tätigen Gefahrenabwehrkräfte bei der Erreichung des Einsatzauftrages. Hierbei unterstellt sich die SRG der jeweiligen örtlichen Einsatzleitung.

Bemerkenswerte Einsätze waren die Unterstützung der Kölner Einsatzkräfte bei der Personenrettung aus der Rheinseilbahn im Sommer 2017, mehrere Einsätze zur Rettung adipöser Patienten, sowie eine Personenrettung im Hambacher Forst vor wenigen Wochen. 

Aktuell wurden weitere Kräfte der Feuerwehr Aachen in dieser speziellen Aufgabe ausgebildet, so dass nunmehr 25 Spezialisten für diese besondere Aufgabe zur Verfügung stehen. In die Grundausbildung der Höhenretter eingeschlossen war eine Übung auf einem ca. 50 m hohen Baukran, welcher gerade in der Aachener Innenstadt errichtet wurde. Das erlernte Wissen der Höhensicherung und Höhenrettung konnte mit dieser Übung realistisch dargestellt werden.

In einer abschließenden Prüfung wurden den neuen Kandidaten die erlernten Fähigkeiten der Höhenrettung abverlangt. Nach Bestehen dieser Prüfung gilt die Grundausbildung für Höhenretter als bestanden - zukünftig können auch diese Kräfte für die sehr besonderen Aufgaben eingesetzt werden. Die Anforderung der SRG erfolgt über die Städteregionale Leitstelle Aachen.

   

Text: Bernd Geßmann

Bilder: Göbel / Beek

  
share
   
 

Eumed-afspraken getest middels ETS-oefening

 

Op 15 oktober zijn de Euregionale afspraken m.b.t. grensoverschrijdende medische bijstandsverlening bij grootschalige incidenten (de zogeheten Eumed-afspraken) door enkele EMRIC-partners getest. Dit werd gedaan middels het Emergo Train Systeem (ETS). Een geslaagde maar vooral ook leerzame dag!

  
share
   
 

17/09/2018| 12 september 2018 - IKIC kick-off meeting

 

On the 12th of September, the IKIC kick-off meeting took place in Maastricht. After a preparation period of three years applying for a grant in the fifth Interreg EMR programme, the project partners can finally get started. They will develop e-learning modules on cross-border cooperation in the field of public safety. Furthermore, training centres in the Euregion Meuse-Rhine will cooperate more closely and initiate an international pool of trainers. Citizen education is one of the focal points. EMRIC has been involved from the start and helped shape the idea for this project. The EMRIC partners wish the project partners good luck and are looking forward to the developed products that will be used to further educate and train professionals for cross-border collaboration. 

  
share
   
 

12 september 2018 - Werkgroep hoofden meldkamers vergaderd in de nieuwe (tijdelijke) meldkamer in Luik

 

Op 12 september heeft de EMRIC werkgroep hoofden meldkamers vergaderd in de nieuwe (tijdelijke) meldkamer in Luik. Wederom een zeer zinvolle vergadering met aansluitend een rondleiding in de nieuwe meldkamer.

  
share
   
 

10 september 2018 - CBRN workshop

 

Maandag 10 september is de door EMRIC georganiseerde workshop CBRN gehouden. De nadruk lag toch vooral op de C (chemische component). De reeds bestaande samenwerkingsafspraken op het gebied van meten, interpreteren en adviseren zijn nog eens onder de loep genomen. De bestaande afspraken waren vooralsnog alleen tussen de Veiligheidsregio Zuid-Limburg en de Städteregion Aachen, Stadt Aachen en Kreis Heinsberg. In de toekomst zullen ook de Belgische partners in EMRIC volgens dezelfde afspraken samenwerken. Het was een geslaagde dag met goede presentaties en discussies.

   

  
share
   
 

05/09/2018| Bernd Hollands geht in Ruhestand - Sein Nachfolger wird Thomas Sprank

 

Am 12. Oktober wird Bernd Hollands, Kreisbrandmeister der Städteregion Aachen, in den Ruhestand gehen. Bernd Hollands hat viel für die EMRIC-Zusammenarbeit getan und wird seine Aufgaben in diesem Bereich ab den 12. Oktober an seinen Nachfolger Thomas Sprank übertragen. Die EMRIC-Partner möchten Bernd Hollands herzlich danken für die gute Zusammenarbeit und heißen Thomas Sprank herzlich willkommen!

Weitere Informationen finden Sie hier

     

Bilder: Ralf Hoffmann

  
share
   
 

28/08/2018| FEUER Industriepark Rothe Erde am 27.08.2018

 

Am Vormittag des 27.08.2018 kam es in einem Industriepark im östlichen Aachener Stadtgebiet zu einem ausgedehnten Brandereignis.

Eine etwa 100m x 100m große Lagerhalle, in welcher Elektroschrott gelagert wurde, brannte in voller Ausdehnung – das Feuer drohte, sich auch auf andere Bereiche auszubreiten.

Eine gewaltige, aus großer Entfernung bereits sichtbare, schwarze Rauchwolke stand über Aachen und wies den Einsatzkräften auch bereits aus großer Entfernung den Weg zur Brandstelle.

Die Dimension dieses Ereignisses erforderte einen Vollalarm für alle Einheiten von Freiwilliger und Berufsfeuerwehr der Stadt Aachen. Ebenso wurden die örtlichen Hilfsorganisationen für die Betreuung von Menschen eingesetzt, die für die Löscharbeiten ihre Wohnungen und Arbeitsstätten verlassen mussten.

Zur unmittelbaren Brandbekämpfung wurden alle Hubrettungsfahrzeuge der Feuerwehr Aachen eingesetzt. Um auch weiterhin den Grundschutz im Stadtgebiet Aachen aufrecht zu erhalten, wurde über die Leitstelle Lüttich angefragt, ob eine Drehleiter im grenznahen Gebiet bei Bedarf angefordert werden könnte. Vollkommen komplikationslos wurde zugesagt, im Bedarfsfall die Drehleiter aus Kelmis (B) zu entsenden. Es blieb bei der Bereitschaft – es kam zu keinem Einsatz für diese Bereitschaft. Gute Nachbarschaft ;-)

Text und Bild: Bernd Geßmann

  
share